Accueil Éducation

Port-au-Prince : jets de pierres au centre-ville et gaz lacrymogène à l’hôpital général

1023

Haïti standard, le 3 octobre 2020.-

Une situation de tension a régné au cours de la journée du 3 octobre 2020, dans les parages des facultés d’éthnologie et de droit & des sciences économiques, entre autres, au centre-ville de Port-au-Prince. À l’origine de cette situation de tension, le meurtre d’un étudiant de l’École normale supérieure (ENS), une entité de l’Université d’État d’Haïti (UEH), par un agent de l’Unité de la sécurité du palais national (USGPN), en fin d’après-midi du 2 octobre 2020.

L’étudiant défunt aurait reçu plusieurs projectiles dont l’un au niveau du dos, en marge d’une protestation à l’intérieur de l’ENS contre le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet qui, selon des protestataires, refuse de mettre en application des protocoles signés entre le ministère et l’École normale supérieure, en ce qui concerne l’intégration des étudiants de l’ENS dans le système éducatif.

LIRE AUSSI:  Cayes (Sud) : meurtre de l'adolescente Mardochée Wagnac, 7 individus arrêtés

Au lendemain du meurtre de l’étudiant susmentionné, un incendie s’est déclaré dans la matinée du 3 octobre dans l’enceinte de l’ENS. Au moment de la rédaction de ce texte (4:30 p.m), aucune information officielle n’a été communiquée sur l’origine de cet incendie qui serait déclaré dans un bar, avant de ravager notamment la bibliothèque de l’ENS.

Port-au-Prince : jets de pierres et gaz lacrymogène à l'hôpital général
Une mère en train de crier à l’aide sous l’effet du gaz lacrymogène à la pédiatrie de l’hôpital général (photo Arnold Junior Pierre/Haïti standard)

Mécontents de cette situation les étudiants ont lancé des pierres en direction des agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) dépêchés sur les lieux. Les policiers, eux, ont riposté à coups de gaz lacrymogène pour calmer l’ardeur des étudiants protestataires.

De nombreuses vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont montré des mères accompagnant de leurs enfants ne savent pas à quel saint se vouer, au moment où l’odeur du gaz lacrymogène envahissait des services de l’Hôpital de l’université d’État d’Haïti (HUEH) dont la pédiatrie.

LIRE AUSSI:  Assassinat de Me Dorval : des pièces à conviction enlevées au TPI de Port-au-Prince
Graffiti réalisé par des étudiants à proximité de l'École normale supérieure (ENS)/photo Arnold Junior Pierre/Haïti standard
Vue partielle de la situation à l’École normale supérieure (ENS), après l’incendie qui a ravagé la bibliothèque de l’école (photo Arnold Junior Pierre/Haïti standard)

À cause de la situation qui prévalait au centre-ville de Port-au-Prince notamment à l’angle des rues Saint-Honoré et avenue Magloire Ambroise, des rues Saint-Honoré et Oswald Durand, les véhicules qui empruntaient les rues suscitées s’étaient obligés de faire demi-tour, afin de prévenir d’éventuels dommages, a constaté l’un des reporteurs de Haïti standard qui assurait la couverture des événements à Port-au-Prince.

HS/Haïti standard

INVITATION: