Accueil Insécurité/Sécurité

Port-au-Prince : poursuite de la vague de kidnapping, l’embryon des forces armées d’Haïti absent, la police dysfonctionnelle

281

Haïti standard, le 25 septembre 2021.-

À Port-au-Prince et ses environs, les Citoyens se demandent quel est le rôle de Léon Charles à la tête de la Police nationale d’Haïti (PNH). Encore moins que fait le lieutenant-général des Forces armées d’Haïti (FAd’H), Jodel Lesage, à son poste. 

En dépit de la présence de ces deux (2) corps armés dans le pays, le kidnapping fait rage à Port-au-Prince et ses environs. Durant ces derniers jours, au moins trois (3) personnes ont été enlevées par des bandits armés opérant à Port-au-Prince.

Le pire dans tout cela, la moindre action n’a été réalisée ni annoncée par ces deux (2) corps armés pour contrer les agissements des bandits armés. Munis d’armes de gros calibres, les malfrats utilisent des véhicules tout-terrain pour commettre leurs forfaits, selon des indices fournis par des riverains.    

Dans la soirée du 23 septembre 2021, les bandits armés ont enlevé le journaliste Frantzie Siméon à l’avenue Christophe, à proximité de la rue 3, à Port-au-Prince. Les ravisseurs réclament la faramineuse somme de trois (3) millions de dollars américains en échange de la libération de la victime.

Au cours de cette même soirée, un employé de la Direction générale du budget (DGB), Mackenley Mogène ainsi que son frère qui l’accompagnait ont été kidnappés dans le quartier de Turgeau, encore dans la commune de Port-au-Prince.

La dernière victime, à date, du phénomène du kidnapping, est Sébastien Marc Antonio Saintvil. Ce dernier a été kidnappé durant la soirée du 24 septembre, à la ruelle Robin, à Port-au-Prince, au moment où il s’apprêtait à franchir la barrière de sa maison.

HS/Haïti standard