Accueil Insécurité/Sécurité

Port-au-Prince : un employé de la radio Mélodie agressé par des bandits armés

1005

Haïti standard, le 16 novembre 2020.-

Peterson Charles connu également sous le pseudonyme « Jay » est le nom d’un employé de Mélodie FM qui a été agressé par des individus armés, dans la soirée du 14 novembre 2020, a-t-on appris à la rédaction de Haïti standard.

Les individus en question étaient au nombre de trois (3), et se trouvaient à bord d’un autobus assurant le trajet Portail-Léogâne/Delmas 33 et vice versa qui transportait également  l’employé de la station de radio susmentionnée.

Arrivés devant les locaux qu’abritaient jadis le club « Hexagone » à l’avenue Martin Luther King, les malfrats ont exigé au chauffeur de l’autobus de se garer avant de dépouiller les passagers de tous leurs effets personnels et objets de valeurs. Et, sans répliquer, le chauffeur s’est plié aux ordres des braqueurs sous la menace d’une arme.

Le co-présentateur de l’émission « Rekreyasyon » qui ne s’était pas rendu compte à temps que les passagers de l’autobus se faisaient braquer, a stupéfié les malfaiteurs qui l’ont obligé à descendre du véhicule et s’agenouiller sur les trottoirs afin de l’abattre sous le fallacieux pretexte qu’il serait un policier.

L’un des bandits qui a eu le temps de poser son arme sur le front du Coordonnateur de l’association dénommée « Vwa Timoun yo », s’est finalement rétracté après que plusieurs passagers l’aient supplié d’épargner la vie du jeune homme. Toutefois, il a frappé le producteur et opérateur de Mélodie FM au visage avec la crosse de son arme.

Après le forfait, les bandits sont repartis en toute quiétude tout en recommandant au chauffeur de reprendre la route.

Un employé de la radio Mélodie agressé par des bandits armés
L’employé de radio Mélodie, Peterson Charles agressé par des individus armés (photo de courtoisie)

Choqué, traumatisé, et dégoûté par le climat d’insécurité qui sévit dans le pays depuis quelques temps, Peterson Charles dit Jay joint au téléphone par notre rédaction avait eu beaucoup de mal à raconter comment il a frôlé la mort ce soir-là.

HS/Haïti standard