Accueil Politique

Quand le premier ministre de facto Ariel Henry et son ministre de l’intérieur Listz Quitel dérapent

Haïti standard, le 7 juillet 2022.-

Le premier ministre de facto et son ministre de l’intérieur, respectivement Ariel Henry et Listz Quitel, ont fait semblant d’ignorer que le Palais de justice de Port-au-Prince est sous contrôle des gangs armés. Une opération menée par des bandits armés, le 10 juin 2022.

Suite à la question d’un journaliste, lors du déroulement de la cérémonie d’homage au président Jovenel Moïse, le 7 juillet 2022, au Musée du panthéon national haïtien (MUPANAH), ledit premier ministre a qualifié de « fausse information » la question posée par le confrère, en ce qui concerne le Palais de justice.

Le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, Listz Quitel qui voulait à son tour répondre à cette question a réalisé une certaine logique, pour tenter de discréditer la question du journaliste.

Des voix se sont élevées pour dénoncer la participation du premier ministre de facto Ariel Henry dans le complot qui avait abouti à l’assassinat du 58e président d’Haïti.

La compagnie de télécommunications Digicel a prouvé que ledit premier ministre s’était entretenu au téléphone, à plusieurs reprises, avec Félix Joseph Badio, l’un des présumés assassins du président.

Quand le premier ministre de facto Ariel Henry et le ministre de l'intérieur Listz Quitel dérapent
Le premier ministre de facto Ariel Henry (photo internet)

Le ministre de l’intérieur, Listz Quitel a été dénoncé par des proches du pasteur Jean-Marie Ferrer Michel dans le kidnapping du révérend. En dépit de cette dénonciation, le ministre Quitel conserve son fauteuil de ministre au sein du gouvernement de facto.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  RNDDH accuse le gouvernement d'avoir aidé John Joël Joseph à "quitter en douce le pays"