Accueil Économie

Salaire minimum 1500 gourdes : les ouvriers déterminés à obtenir satisfaction

Haïti standard, le 18 février 2022.-

Pour une énième journée, les ouvriers et ouvrières travaillant notamment dans les usines de sous-traitance ont manifesté dans plusieurs rues de Port-au-Prince et ses environs, afin de réclamer un salaire de 1500 gourdes pour une journée de travail.

Face à la rumeur qui ferait croire que le gouvernement aurait l’intention d’augmenter le salaire minimum de 150 gourdes soit 650 gourdes par jour, les protestataires ont lancé des propos hostiles contre le gouvernement, les patrons et le journaliste Roberde Céliné dit Bob C, entre autres.

En marge du déroulement de la manifestation des ouvriers et ouvrières, des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser cette manifestation. Ce qui a provoqué une scène de panique au champ de mars et les zones avoisinantes.

En réaction, les manifestants ont dressé des barricades sur la chaussée et lancé des pierres contre les agents de la PNH présents sur leur passage. Plusieurs pare-brises de voitures ont été cassés par certains protestataires.

Il y a de cela une semaine, le premier ministre de facto Ariel Henry avait twitté que le gouvernement attend les recommandations du Conseil supérieur des salaires (CSS), afin de fixer le nouveau salaire minimum. Entre temps, les ouvriers poursuivent leur protestation à travers les rues de la Capitale et ses environs.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Petit-Goâve : les habitants dénoncent le stockage du carburant par des particuliers