Accueil Politique

Tirs nourris et panique à Port-au-Prince, une Capitale au bord du chaos

910

Haïti standard, le 16 octobre 2020.-

À la veille de la commémoration des 214 ans de l’assassinat du fondateur de la patrie, Jean-Jacques Dessalines, des tirs nourris ont été entendus dans divers endroits de la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Au nord de la Capitale, précisément à Pont rouge, lieu hautement symbolique où l’empereur Jacques 1e a été assassiné, le 17 octobre 1806, des travaux de nettoyage et d’assainissement se réalisent dans la zone.

Parallèlement, des individus armés jusqu’aux dents ont été remarqués sur le boulevard Jean Jacques Dessalines, au nord de la Capitale. Selon le constat réalisé par un reporteur de Haïti standard, ces civils armés prétendent sécuriser les personnes qui s’adonnent aux activités de nettoyage.

LIRE AUSSI:  Politique : la polémique enfle entre Edmond Supplice Beauzile et Moïse Jean-Charles

Au centre-ville de Port-au-Prince, des tirs nourris ont été entendus dans le quartier de Bel-Air. Hostiles au régime en place, des représentants d’organisations populaires évoluant dans ledit quartier ont prévu de se rendre à Pont rouge, le 17 octobre 2020, afin de déposer une gerbe de fleurs en mémoire du père de la Nation.

Au sud de Port-au-Prince, des tirs sporadiques ont retenti dans plusieurs coins de rue. Des véhicules assurant le transport en commun ont tout simplement refusé de se rendre à des endroits du centre-ville.

irs nourris et panique à Port-au-Prince, une Capitale au bord du cahos
Vue partielle du boulevard Jean-Jacques Dessalines à hauteur de Pont rouge (capture d’écran)

À quelques heures de la commémoration des 214 ans de l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines, des individus armés s’apprêtent à s’affronter dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Entre des individus armés qui réclament la visite du Président Jovenel Moïse au Pont rouge et ceux qui le mettent au défi, le Chef de l’État doit choisir…

LIRE AUSSI:  Port-au-Prince : au moins 2 personnes blessées, la manif de l'opposition dispersée à Delmas 69

HS/Haïti standard