Accueil Éducation

Trêve annoncée par les enseignants grévistes du Nord’Est

476

Haïti standard, le 3 octobre 2019.- Après un mois de protestation dans le département du Nord’Est contre le pouvoir central notamment le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP), afin d’exiger le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaire et leur nommination, les enseignants grévistes ont annoncé une trêve ne dépassant pas un mois, à partir du 4 octobre 2019.

Selon des informations recueillies par le correspondant de Haïti Standard présent dans le Nord’Est, l’annonce de cette trève est survenue après que 300 enseignants grévistes aient accepté de rencontrer les membres de la Direction départementale de l’éducation (DDE), le 2 octobre, à l’École fondamentale d’application et de centre d’appui pédagogique (EFACAP) de Fort-Liberté (Nord’Est).

Une trêve qui se traduit par la réouverture des portes des écoles publiques dudit département que les enseignants grévistes avaient fermé au cours de la rentrée scolaire pour l’année académique 2019/2020.

Le porte-parole des enseignants grévistes, Eugène Kenno, a expliqué que cette décision a été prise afin d’éviter toute confusion entre les organisations politiques qui réclament le départ du Chef de l’État, Jovenel Moïse et les enseignants réclamant de meilleures conditions de travail, entre autres.

Cependant, les professeurs grévistes qui n’ont pas encore reçu leur lettre de nomination resteront chez eux. Ce, conformément à une circulaire du MENFP autorisant uniquement les professeurs détenteurs de lettre de nommination à se présenter dans les salles de classe.

Trêve annoncée par les enseignants grévistes du Nord'Est
Rencontre réalisée par les enseignants grévistes travaillant dans le Nord’Est (photo Jacques Jean Charles/Haïti standard)

À rappeler que les professeurs protestataires réclament notamment leur nomination dans le système et le paiement de huit (8) années d’arriérés de salaire. Aussi, ont-t-ils menacé de reprendre les protestations si leurs revendications ne sont pas satisfaites avant la fin de la trêve.

HS/Haïti standard