Accueil Politique

« Viv Ayiti » appelle le président Jovenel Moïse au respect de son mandat constitutionnel

822

Haïti Standard, le 29 Janvier 2021.-
L’organisation sociopolitique « Viv Ayiti » a critiqué la signature d’un accord entre l’Organisation des Nations Unies (ONU) et les autorités haïtiennes à travers le Programme des nations unies pour le développement (PNUD). Ce, en vue de la réalisation du référendum et des élections pour le renouvellement du personnel politique au cours de l’année 2021.

Selon l’un des responsables de ladite organisation, Rony Timothé, cet accord paraphé entre le représentant du PNUD en Haïti, Fernando Hiraldo et le premier ministre haïtien Joseph Jouthe, le 25 janvier 2021, pour un montant évalué à 20 millions de dollars américains, n’est qu’une « mascarade » à dénoncer.

« Le 7 février 2021 prendra fin le mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse. Par conséquent, ce dernier ne peut en aucun cas engager le pays dans un procéssus électoral », a déclaré l’opposant farouche au régime du Parti haïtien « tèt kale » (PHTK). Aussi, a-t-il poursuivi que le Conseil électoral provisoire (CEP) n’a pas les provisions légales pour réaliser des élections ainsi qu’un référendum, car non seulement ledit conseil n’est pas légitime mais aussi, la Constitution haïtienne de 1987 amendée interdit la réalisation de référendum.

Pour sa part, le coordonnateur général adjoint de cette structure sociopolitique, Biron Odigé a déploré la mauvaise gouvernance du Chef de l’Etat, Jovenel Moïse, au cours de son mandat qui, dit-il, n’a réalisé aucune élection dans le pays, n’a tenu aucune promesse faite au peuple haïtien et n’a rien fait pour changer les conditions de vie des masses défavorisées.

En outre, l’activiste politique a annoncé son appui inconditionnel aux deux (2) journées de grève lancées par le Collectif des syndicats haïtiens pour le respect de la constitution de 1987 (COSHARCO), les 1e et 2 février 2021, dans le but de dénoncer l’insécurité caractérisée par le kidnapping qui fait rage dans le pays.

En prélude à ces deux (2) journées de grève nationale, le numéro 1 de Viv Ayiti a fait savoir qu’une manifestation contre le pouvoir en place est prévue pour le 31 janvier 2021, dans la zone métropolitaine et ses environs.

HS/Haïti standard