Accueil Insécurité/Sécurité

Vivant, le père d’Obed Joseph dénonce des « vices d’enfant » de son fils

1259

Haïti standard, le 10 novembre 2020.-

Gérard Joseph, père du présumé assassin de la jeune écolière Évelyne Sincère, a dénoncé ce matin (10 novembre), au cours d’une interview réalisée sur Caraïbes FM, les « vices d’enfant » de son fils, Obed Joseph alias kiki. Le père de celui-ci a informé qu’il avait lui-même passé trois (3) jours derrière les barreaux, pour avoir administré des raclées à Obed Joseph quand il était gamin. Ces jours derrière les barreaux étaient un coup monté par la mère de son enfant qui voulait « protéger » son enfant contre les corrections.

Selon le père du présumé assassin, c’est au cours de la soirée du mercredi 4 novembre 2020 que deux (2) individus, présentés comme ceux qui détiennent le « contrôle » de la zone, étaient venus chercher Obed Joseph alias kiki chez sa mère. Ce, à un moment où il se préparait à conduire l’accusé à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Aussi, le père de Obed Joseph a-t-il soutenu qu’il avait eu le temps d’emprunter de l’argent pour payer les services d’un avocat évoluant dans la défense des droits humains.

Peu convaincant, Gérard Joseph est revenu sur l’arrestation de son fils à Port-de-Paix, dans le département du Nord’Ouest, en 2019. Selon le père de famille, c’est la mère de Obed Joseph qui s’était rendue à Port-de-Paix, en vue de négocier la libération de son fils qui était accusé de vol à main armée.

Après avoir accordé quelques minutes à Gérard Joseph pour s’adresser aux parents d’Evelyne Sincère, le papa du présumé criminel a souhaiter du courage aux parents, proches et amis (e) de la défunte. Il a reconnu que les deux (2) parents sont perdants, après l’assassinat de la jeune femme. Au terme de l’interview, Gérard Joseph dit souhaiter que la justice réalise son travail.

Vivant, le père d'Obed Joseph dénonce des "vices d'enfant" de son fils
Des présumés assassins de l’écolière Évelyne Sincère arrêtés par la Police dans le cadre de l’enquête y relative (photo internet)

HS/Haïti standard